Il ressort du rapport « European 2015 Cyber Risk Survey Report » que 38% des entreprises belges ont été victimes de cas de « hacking » qui représenteraient une perte financière évaluée à quelque 5 millions par incident !

Seuls 18% des sondés disent avoir mis en place une solution globale face à cette cybercriminalité, bien moins que la moyenne européenne située à 23%.

Pour 71% des répondants, le risque reste du ressort du seul responsable informatique... pour une moyenne européenne de 65%.

Des sociétés d’assurance s’intéressent à ces risques nouveaux et sont prêtes à les couvrir. Néanmoins, la couverture de ces risques est très complexe, car il faut tenir compte d’un grand nombre d’éléments plus ou moins difficiles à définir tels que la nature du secteur, des données, du niveau de protection mis en place… Dès lors que cela est évalué, reste la prime à déterminer. Non seulement pour rendre à nouveau le système conforme, mais aussi pour couvrir l’impact sur la continuité du « process » interrompu par l’acte malveillant !

Et si nous considérions que tout système informatique mérite une protection sérieuse agrémentée d’une veille technologique ? La couverture d’assurance restant nécessaire pourrait franchement diminuer en prime tout en restant opportune au cas où...


Autres Actualités